Ce forum est dédié à ce qu'on nomme littérature populaire, littérature marginale, autre littérature, paralittérature
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 [Etude] Etudes universitaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Dim 12 Nov - 12:51

Emile Zola au pays de l'Anarchie. Textes réunis et présentés par Vittorio FRIGERIO. Université Stendhal, Grenoble : ELLUG, 2006.

La vie et la carrière d'Émile Zola, intellectuel public par excellence, ont été suivies avec un mélange de fascination et de méfiance par les militants anarchistes de son temps. Des grands succès romanesques à l'affaire Dreyfus, et de là jusqu'à sa mort imprévue, son parcours a été commenté, critiqué, admiré, par ces révolutionnaires intransigeants qui auraient aimé pouvoir compter sur un écrivain célèbre parmi les fervents de leur cause.
Cet ouvrage propose vingt-six articles parus dans la presse libertaire, précédés d'une étude historique, qui nous renvoient l'image d'un autre Zola que celui qui nous a été légué par l'histoire littéraire. Un Zola plus grand dans les défauts comme dans les qualités, un Zola tel qu'on a pu le lire, tel qu'on a pu le voir, le connaître, dans bien des cas lui parler, l'entendre. Un Zola tel qu'on a su l'imaginer et aussi un Zola qui a existé, à côté des autres qu'on connaît ou qu'on croyait connaître. Une autre Vérité qui est, elle aussi, en marche.

2006. 158p. 13,5 x 21,5cm. ISBN 2 84310 085 2. prix 15 €.

INTRODUCTION

- « Mes haines » et ses fascinations
- Les « gens de lettres » contre les anarchistes
- Zola face au « grand soir »
- Zola « mavais maître »?
- Une réconciliation signée Dreyfus
- Soupçons d'engagement
- L'analyse littéraire des anarchistes
- Lectures de Zola
- Mort et résurrection de Zola
- Conclusion

ARTICLES CONSACRÉS À ZOLA

- D'Axa, Zo, « M. Zola et la dynamite »
- Decrept, Étienne, « Ohé ! les croque-morts »
- Barrucand, Victor, « La débâcle »
- Article non signé, « De Lourdes à Rome, par Émile Zola »
- Pouget, Émile, « La question Dreyfus »
- Charles-Albert, « À M. Émile Zola »
- Faure, Sébastien, « J'accuse !. »
- Girault, E., « Lettre ouverte à Émile Zola »
- Devaldès, Manuel, « La réponse de Zola »
- Devaldès, Manuel, « Fécondité et stérilité »
- Golberg, Mécislas, « J'accuse »
- Lantoine, Albert, « Chronique littéraire »
- Lefrançais, G. « Une lettre de Zola »
- Grave, Jean, « La thèse dans l'art »
- Charles-Albert, « Faux Évangile »
- Girard, André, « Devant un cercueil »
- Francis, « Émile Zola »
- Quillard, Pierre, « Émile Zola »
- Grave, Jean, « Émile Zola »
- Descaves, Lucien, « Émile Zola »
- Charpentier, John L., « Nouveaux dialogues des morts. Charles Baudelaire -
Émile Zola »
- Berneri, Camillo, « Zola psychologue »
- Madin, A., « Un cinquantenaire. Germinal d'Émile Zola »

NOUVELLES INSPIRÉES DE ZOLA

- Mercier, Ch., « La vision de Souvarine »
- Rainaldy, Henri, « Leurs yeux »
- Grandidier, Louis, « Désespérance »

NOTICES SUR LES AUTEURS DES ARTICLES
BIBLIOGRAPHIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Dim 26 Nov - 18:50

Sur la littérature jeunesse:

Citation :
Littérature pour la jeunesse : par delà les frontières.
Catherine d’Humières
Le livre pour enfants, regards critiques offerts à Isabelle Nières-Chevrel, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2006.

La littérature de jeunesse ne s’est jamais aussi bien portée que ces dernières années. Elle occupe un très large espace éditorial et fait l’objet, depuis à peu près un quart de siècle de nombreuses études et recherches. L’ouvrage présenté ici a été conçu en hommage à Isabelle Nières-Chevrel qui fait partie des précurseurs, de ceux qui se sont penchés très tôt sur les spécificités de cette littérature à qui l’on attribue un statut à part, sur les problèmes de sa traduction, de son adaptation ou de la réception d’œuvres célèbres comme celles de Lewis Carroll, pour n’évoquer que le sujet de sa thèse de doctorat. La liste de ses travaux et publications, placée à la fin de l’ouvrage, témoigne de façon éloquente de plus de trente-cinq ans d’activité de chercheuse infatigable au service de la littérature pour la jeunesse sous tous ses aspects.

En introduction Cécile Boulaire retrace la gestation de cet ouvrage collectif qu’elle a coordonné et conçu en remerciement à Isabelle Nières-Chevrel pour cette carrière consacrée essentiellement à la littérature pour la jeunesse, traçant un sentier que tant de chercheurs ont suivi à leur tour, soit pour approfondir les sujets déjà envisagés soit pour s’en écarter et s’orienter dans des directions parallèles. Pour éviter l’écueil de l’académisme universitaire, plutôt que de réunir des articles de collègues éminents d’Isabelle Nières-Chevrel, comme l’aurait voulu la tradition, Cécile Boulaire a préféré solliciter des « presque inconnus » : jeunes chercheurs, universitaires venus tardivement à la littérature de jeunesse, ou chercheurs étrangers trop peu connus en France, présentés par des personnalités éminentes dans ce domaine, comme Jean Perrot pour n’en citer qu’un. De la sorte, elle a cherché à « mettre en valeur le passage de relais fécond […] qui permet la constitution de véritables équipes de chercheurs transcendant les générations, les disciplines, les universités et les pays. »

Deux textes bénéficient d’une place particulière parce qu’ils servent de hors-d’œuvre, d’entrée en littérature de jeunesse comme on entre « en matière ». Le premier est la reprise d’un article d’Isabelle Nières-Chevrel où elle s’attarde sur ce qui a nourri sa réflexion et ses recherches, sur les obstacles rencontrés pour imposer la littérature de jeunesse comme une discipline digne d’être étudiée à l’Université, et sur la façon dont elle s’est formée pour proposer pendant de nombreuses années un cours intéressant et formateur, apprécié par plusieurs générations d’étudiants. Le second texte est écrit par Elmer O’Sullivan qui, d’après Denise von Stockar, partage avec Isabelle Nières-Chevrel « une vision comparatiste de la littérature pour la jeunesse, qui fait porter leur regard, toujours curieux, au delà des frontières de leur propre culture. » Ici, elle dénonce une grande inégalité culturelle et commerciale dans les productions pour la jeunesse, réfute l’existence d’une littérature d’enfance universelle, et remet en cause l’utopie rousseauiste pré-babélienne d’une république universelle de l’enfance.


--------------------------------------------------------------------------------

Le volume est ensuite divisé en trois parties : la première porte sur la littérature de jeunesse au XIXème siècle, la deuxième sur celle du XXème siècle et la troisième s’intéresse aux productions basées sur l’image. Dans la première partie, Christine Prévost relève ce qui différencie les contes d’Alexandre Dumas de ceux d’Andersen et de Grimm dont il s’est inspiré, pour montrer “comment un écrivain formé d’abord par le théâtre, et donc à la double énonciation propre à la scène, n’oublie pas moins qu’un conteur s’adresse à un double destinataire : l’enfant auditeur ultime et l’adulte médiateur qu’il faut inviter à s’approprier le texte avec plaisir.” Dans l’article suivant, Isabelle Cani s’intéresse à la Comtesse de Ségur pour signaler que ce qui a vieilli dans ses œuvres c’est « l’outillage mental » et non la pensée de la romancière. Elle propose, en conséquence une relecture très moderne de Quel amour d’enfant ! à la lumière du livre de Diane Purper-Ouakil : Enfants tyrans, parents souffrants. Enfin Virginie Douglas relève l’ambiguïté de départ quant au destinataire de The Light Princess de George MacDonald, et met en valeur le polymorphisme dont l’illustration et la traduction ont doté cet ouvrage, jusqu’à en proposer une véritable re-création.

La partie consacrée à la littérature de jeunesse au XXème siècle commence par un article de Matthieu Letourneux sur les romans en fascicules en vogue entre 1910 et 1940, et plus particulièrement sur ceux de Jean de La Hire, L’As des boy-scouts. Il établit d’une part qu’il s’agit d’un genre extrêmement codé, qui exige en même temps une grande inventivité de la part de l’auteur pour maintenir l’intérêt des lecteurs, et d’autre part que l’intrigue est basée sur une certaine idéologie, et privilégie des valeurs martiales et l’euphémisation de la violence. Dans l’article suivant, Mathilde Lévêque présente trois allemandes, écrivains pour la jeunesse dans les années trente : Erika Mann, Liza Tetzner et Ruth Rewald, qui, d’après elle, illustrent bien le fait qu’à cette époque-là la littérature de jeunesse qui ne correspondait pas à l’idéologie nazie était “une littérature en exil, une littérature de résistance, une littérature cachée.” Ensuite, Esther Laso y León, en étudiant le cas des adaptations du Don Quichotte et des réécritures parodiques et subversives : Cyber Pan et Cochon-Neige, expose la diversité des formes et des interprétations qui président aux réécritures dans la littérature de jeunesse contemporaine. Dans l’article suivant, Vincent Ferré évoque l’œuvre de Tolkien en insistant sur le fait que l’auteur a toujours refusé d’assimiler jeunesse et contes, et il sépare, sur cette base, ce qui s’adresse davantage à un public jeune et ce qui vise plutôt un public adulte. Puis Isabel Vila Maior développe les thèmes abordés par Alice Vieira dans ses livres pour enfants et souligne son influence sur la littérature de jeunesse à partir de l’avènement de la démocratie au Portugal. Enfin Daniel Delbrassine démontre comment les “stratégies de séduction du lecteur dans le roman contemporain adressé aux adolescents” reposent essentiellement sur une tension particulière due à une focalisation interne très psychologique, et sur une étroite correspondance entre l’identité du narrateur et celle du narrateur-héros.


--------------------------------------------------------------------------------

La troisième partie est consacrée aux ouvrages qui privilégient l’illustration. Dans le premier article, Verity Hunt décrit les “livres à système” de la fin du XIXème siècle, qui cherchaient à allier la lecture, la technologie et la magie, et affichaient la nécessité d’un médiateur pour contrôler efficacement la technique et en tirer le merveilleux attendu. Katherine Capshaw Smith met ensuite en relief l’utilisation de la photographie comme illustration de livre pour enfants dans l’optique d’une revendication de la reconnaissance de la place des Noirs dans la culture des États-Unis, et, dans l’article suivant, Manon Richer évoque la censure opérée par les bibliothécaires ou les éditeurs canadiens d’albums jugés trop provocateurs par les parents ou les enseignants. Sophie Van der Linden, quant à elle, propose un parcours à travers les albums sans texte qui n’ont commencé à connaître un véritable engouement qu’à partir des années quatre-vingt-dix, et Nelly Chabrol Gagne insiste sur l’importance de savoir lire aussi le non-dit, le suggéré, l’ellipse « le blanc du texte ». Marie-Pierre Litaudon propose ensuite une analyse de l’album Les Cubes de Béatrice Poncelet et de ses lectures plurielles. Enfin, Mela Kocher compare l’imaginaire à l’œuvre dans les jeux de rôles français et japonais, expressions de conceptions ludiques fort différentes parce qu’ancrées dans la réalité de chaque société. D’après elle, au Japon, « le jeu vaut comme espace d’égalité et de libération par rapport à une vie quotidienne régulée », alors qu’en Occident, il « propage, au contraire, un bizarre prolongement de la réalité. »


--------------------------------------------------------------------------------

Cet ouvrage est fort intéressant par son ouverture « en étoile » : tout en restant focalisé sur les productions pour la jeunesse, il lance des pistes vers des directions bien différentes. La variété des thèmes évoqués reflète non seulement les options de leurs auteurs mais suggère également que cette littérature renvoie l’image de la société où elle s’épanouit et qu’elle en exprime les valeurs et les enjeux.

par Catherine d’Humières

Publié sur Acta le 13 novembre 2006
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Sam 16 Déc - 11:50

Ekaterina Artioukh, "Victor Hugo, Eugène Sue, George Sand, Alexandre Pouchkine, Mikhaïl Lermontov et Nicolas Gogol vus par la presse de leur siècle : étude d’une réception croisée des années 1830-1840", in RCJL (La Revue des Jeunes Chercheurs en Lettres) n°1, 2006.
Texte consultable ici:
http://perso.orange.fr/rjcl/articleArtioukh.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Ven 19 Jan - 0:34

Sous la dir. de R. Bellet, L'Aventure dans la littérature populaire au XIXe siècle Actes du colloque des 10-11 mars 1983, École nationale supérieure des bibliothèques de Villeurbanne, Collection Littérature et idéologies, Presses universitaires de Lyon, 1985
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Ven 19 Jan - 0:59

Raimund Theis, Hans T. Siepe (dir), Le Plaisir de l'intertexte: formes et fonctions de l'intertextualité, roman populaire, surréalisme, André Gide, nouveau roman. Actes du colloque à l'Université de Duisburg, P. Lang, 1986.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Ven 19 Jan - 1:00

Le roman populaire en France au XXe siècle [Texte imprimé] / textes réunis par Aleksander Abłamowicz
Publication : Katowice : Uniwersytet Śla̜ski, 1991
Description matérielle : 164 p. ; 23 cm
Collection : Prace naukowe uniwersytetu Śla̜skiego w Katowicach, ISSN 0208-6336 ; 1166
Lien à la collection : Prace naukowe Uniwersytetu Śla̧skiego w Katowicach
Note(s) : Résumé en polonais et en russe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Ven 19 Jan - 1:01

Thierry Duc, Le roman populaire français à sujet médiéval de 1830 à 1850, Presses universitaires du septentrion, 2001
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Ven 19 Jan - 1:05

Évelyne Gauthier, Les Techniques de manipulation du roman populaire dit féminin, Lille 3, ANRT, 1987 (Thèse soutenue à Limoges en 1986)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Sam 15 Déc - 11:03

Christian Reffait et Alain Schaffner (dir.), Jules Verne ou les inventions romanesques, Amiens : Encrage Université, collection du Centre d'Etudes du Roman et du Romanesque de L'université de Picardie-Jules Verne, 2007, 505 p.

_________________
Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: Le forum http://forums.bdfi.net/ est toujours d'un intérêt supérieur pour tous les amateurs de SF!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Sam 15 Déc - 11:04

Pierre Bayard
L'Affaire du chien des Baskerville

Les Editions de Minuit

Collection « Paradoxe », 176 p.
2008

(parution annoncée pour le 10 janvier)

Les personnages littéraires ne sont pas, comme on le croit trop souvent, des êtres de papier, mais des créatures vivantes, qui mènent une existence autonome à l"intérieur des textes et vont jusqu’à commettre des meurtres à l’insu de l’auteur.
Faute de l’avoir compris, Conan Doyle a laissé Sherlock Holmes se tromper dans sa plus célèbre enquête, Le Chien des Baskerville, et accuser à tort un malheureux animal, permettant au véritable assassin d’échapper à la justice. Ce livre rétablit la vérité.

Les premières pages de ce livre sont consultables (format pdf) sur le site des Editions de Minuit (lien ci-dessous).

http://www.leseditionsdeminuit.eu/f/index.php?sp=liv&livre_id=2562

_________________
Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: Le forum http://forums.bdfi.net/ est toujours d'un intérêt supérieur pour tous les amateurs de SF!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
M.L.
Rocambole


Nombre de messages : 1091
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Sam 15 Déc - 15:12

Une question à propos de ce topic: est-ce qu'on n'aurait pas intérêt à redistribuer les infos thématiquement? Avec un topic sur l'espionnage, un autre sur la littérature de jeunesse, un autre sur le roman d'aventures, etc.? D'abord parce que les gens qui s'intéressent à l'un ou l'autre sujet s'en fichent à priori de savoir si c'est universitaire ou non, ensuite, parce que bien des travaux (comme le "Bond") sont loin d'être uniquement des travaux universitaires, mais sont ouverts à des publics très diversifiés (à mon avis, on n'est pas loin de 50/50 dans ce cas).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mletourneux.free.fr/
M.L.
Rocambole


Nombre de messages : 1091
Date d'inscription : 15/10/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Sam 15 Déc - 19:36

J'en profite pour indiquer la mise en ligne d'un de mes articles par la revue dans lequel il était paru autrefois, "Romance et récit de genre ou l'invraisemblable vraisemblance"(paru à l'origine dans La Voix du regard n° 16, automne 2003):

http://www.voixduregard.org/16-Letourneux.pdf

Ce sont des réflexions sur la nature de la vraisemblance dans les récits de genre (et donc dans les formes narratives de la culture populaire, cinéma et littérature en particulier).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mletourneux.free.fr/
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Mar 2 Déc - 19:51

Alain-Michel Boyer, Les paralittératures, Collection 128, Armand Colin, juin 2008.

Présentation de l'éditeur:
Citation :
Science-fiction, fantasy, suspense, thriller, roman policier, d'espionnage, d'épouvante, sentimental, érotique, pornographique, western romanesque, etc. : ces genres réputés "mineurs", et en même temps de diffusion massive, constituent la "paralittérature".
Quels en sont les dénominateurs communs ? Qu'est-ce que leur approche nous révèle sur la littérature en général, et sur la critique littéraire ?
Au-delà d'une meilleure connaissance de pans entiers de la production littéraire, ce livre aide à comprendre les mécanismes d'institutionnalisation des écrivains, des œuvres et des genres.

Alain-Michel Boyer est professeur de littérature comparée à l'université de Nantes.

Sommaire:
Citation :
Romans populaires ou paralittératures ? Penser = classer ? Brève histoire des paralittératures. Lire les paralittératures aujourd'hui. Paralittératures et rhétorique. Porosité des frontières.

_________________
Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: Le forum http://forums.bdfi.net/ est toujours d'un intérêt supérieur pour tous les amateurs de SF!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Mar 2 Déc - 19:55

Une publication qui pourrait faire plaisir à "l'homme du soir" au moins en tant que témoignage de reconnaissance de l'oeuvre de Frédéric Dard:

Françoise Rullier-Theuret, Faut pas pisser sur les vieilles recettes. San-Antonio ou la fascination pour le genre romanesque, Editions Academia, 2008

Citation :
Comment expliquer alors que, huit ans après la disparition de Frédéric Dard, les Aventures du commissaire San-Antonio soient toujours aussi lues ?

Régulièrement rééditées, elles font toujours l'objet d'articles et de thèses, en France et – ce qui est plus surprenant, vu le caractère « franchouillard » de l'humour – hors de France. San-Antonio est considéré, depuis le colloque qui lui a été consacré en 1965, comme un « phénomène » d'édition, car il touche non seulement le public populaire visé par la collection, mais aussi les intellectuels. La longévité de sa réputation est une autre entorse au genre dans lequel il s'inscrit.

Plusieurs particularités de son écriture contribuent à ce succès, les jeux avec le langage, l'imagination délirante et la touche de paillardise. Le présent volume propose de découvrir un aspect de cette verve étonnante : le procédé récurrent de la dénudation des « vieilles recettes » tire l'écriture du côté des manipulations parodiques qui rendent impossibles l'illusion réaliste et l'identification aux personnages.

On reconnaît les ficelles du roman populaire ou les traits du roman classique littéraire, et même ceux du nouveau roman : l'auteur commente, s'approprie, détourne, pastiche. Frédéric Dard invente une esthétique moderne, libre et ludique, plus proche du cartoon que du policier. L'irréalisme burlesque suggère une vision irrespectueuse des hommes et de leurs institutions, mais impertinente également envers la littérature et surtout envers un genre pour lequel Frédéric Dard éprouve une indéniable fascination : le roman.

Françoise Rullier-Theuret, agrégée de lettres modernes, est maître de conférences en langue française à l'Université Paris-Sorbonne. Chercheur, elle appartient à l'E.A. 4089 « Sens, Texte, Histoire ». Elle travaille également comme associate professor à Stanford Program in Paris. Elle est l'auteur de plusieurs romans. Sa thèse porte sur l'écriture comique. Elle a publié des livres sur les genres narratifs, sur le roman et sur le dialogue. Elle est l'auteur de nombreux articles sur l'écriture romanesque au XXe siècle et sur le comique dans le roman.

_________________
Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: Le forum http://forums.bdfi.net/ est toujours d'un intérêt supérieur pour tous les amateurs de SF!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Mar 27 Jan - 11:04

Citation :
ENCRES NOIRES, ÉCRANS NOIRS

Poétique, Politique & Métaphysique entre texte et film noirs


3,4 et 5 Juin 2010

Colloque international organisé par l'équipe LLA (Lettres, Langages et Arts)

Université de Toulouse-le-Mirail, Maison de la Recherche.

APPEL A CONTRIBUTION

L'équipe de recherche LLA de l'Université de Toulouse-le-Mirail organise les 3, 4 et 5 juin 2010 un colloque international consacré au roman et au film « noirs », en incluant les séries télévisées. Il s'agit, en privilégiant l'interaction, les représentations mutuelles et influences réciproques entre texte et image, de contribuer à une réévaluation contemporaine du genre noir : quelles sont, dans l'histoire récente et jusqu'à aujourd'hui, ses caractéristiques poétiques ? Attendu que l'univers « noir », s'opposant principalement à ceux de l'énigme et de la détection, se caractérise par la forte présence d'un monde social marginal, sombre et violent, par la représentation éventuellement brutale et paroxystique du crime, par l'engagement physique du sujet dans l'action, par la potentielle aliénation psychique de l'enquêteur/policier à une vocation qui peut se corrompre, par le tableau de psychopathologies criminelles/sexuelles, etc., que peut-on dire aujourd'hui du lien d'un tel genre à la « cité » au sens large ? Quelle politique s'en dégage, dans la mesure où il peut aussi bien passer, aux yeux de la critique, pour subversif que conservateur ? Enfin, à la faveur de métissages fréquents avec le thriller et la science-fiction, le genre noir transpose parfois sur le plan métaphysique le questionnement moral qui le constitue : qu'est-ce qui peut spirituellement cautionner une humanité en proie à la violence ? Comment comprendre, par-delà la pulsion de mort, l'origine du mal ? Quel « arrière monde » – ou sentiment de vide métaphysique – préside-il à l'action, semble-t-il inéluctable, de forces (auto)destructrices ? Trois axes de réflexion seront privilégiés :

Représentations croisées : On s'attachera à étudier (sous l'un ou plusieurs des trois angles « poétique », « politique » et « métaphysique ») la présence de l'univers du cinéma et de la télévision dans le roman noir (la légende noire d'Hollywood, par exemple) et, à l'inverse, la représentation de l'écrivain (et plus largement de l'intellectuel, du chercheur, du journaliste) véhiculée par le film noir : dénonciation, fascination, diabolisation, satire, ironie…

Réception et adaptation : On s'interrogera, dans la perspective d'une sociologie des pratiques culturelles, sur les nouvelles formes de réception du roman/film noir, et sur la manière dont elles sont éventuellement anticipées par les auteurs/réalisateurs : textes rédigés originellement dans la perspective d'une scénarisation, par exemple. Avec une approche plus herméneutique – et en conservant la triple orientation « poétique », « politique » et « métaphysique » – on reprendra également, à la faveur d'exemples, la question de l'adaptation/transposition de romans noirs à l'écran : réécriture, rhétorique filmique, esthétique musicale…

Hybridations contemporaines : Sans se départir d'une analyse du genre noir (roman et film), on s'interrogera sur ses évolutions les plus contemporaines : sa tendance à la dénarrativisation lyrique (David Peace), son goût de la fable déconstruite, les conséquences de son métissage fréquent avec le thriller (parfois dit « métaphysique »), la science-fiction, voire le reportage et le docu-fiction. Ces évolutions, dont on peut imaginer qu'elles dépendent partiellement de faits sociaux et géopolitiques (attentats du 11 septembre, question du mass murder aux Etats-Unis, spectre d'une apocalypse climatique) débouchent-elles sur de nouveaux modes d'interprétation, et sur une redéfinition générique ?

Les propositions de communication (5 à 10 lignes) seront adressées avant le 10 mars 2009 assorties d'une courte notice biographique, aux deux adresses électroniques suivantes :

fredericsounac@aol.com, calvet@univ-tlse2.fr

Responsable : Equipe de Recherche Lettres, Langages et Arts, Littérature comparée

Url de référence :
http://w3.lla.univ-tlse2.fr/

Adresse : Université de Toulouse-Le Mirail Laboratoire LLA, Maison de la Recherche5, allées A. Machado 31058 Toulouse CEDEX 01

_________________
Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: Le forum http://forums.bdfi.net/ est toujours d'un intérêt supérieur pour tous les amateurs de SF!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Ven 6 Nov - 15:06

Citation :
Prix Jean-Claude Lyleire du meilleur mastère 2, 2008, dirigé par Jacques Gleyse


La sportive dans la littérature populaire des années 1920

Thomas Bauer Laboratoire de rattachementCSLF (Centre des Sciences de la Littérature Française) – EA 1586Université Paris Ouest – Nanterre La Défense200 avenue de la République92001 Nanterre cedex – France
Résumé de l'article
Genre peu reconnu par l’establishment littéraire mais riche en productions, la littérature populaire évoque bien souvent les thèmes de l’actualité avec plus de naïveté et de netteté que ne le font les grands écrivains. Le sport, et notamment féminin, y possède une place privilégiée en tant que support de fantasmes et d’idéologies. Au cours des années 1920, années marquées par un pas en avant spectaculaire des femmes, des auteurs souvent méconnus ont interrogé leur condition dans des collections qui leur étaient entièrement destinées (« Jeunes femmes et jeunes filles » chez Fayard, « Des fleurs et des fruits » chez Spes, FAMA, Stella, voire les albums de bande dessinée de Bécassine). La plupart des personnages romanesques de sportives font ressortir l’image de jeunes femmes actives, pugnaces et capables. Bien sûr, les exemples cités dans cet article ne représentent qu’un échantillon et on aurait pu en citer bien d’autres, mais ce qu’il faut retenir ici est le paradoxe de cette littérature qui se veut à la fois moderne et traditionnelle. L’analyse s’appuie sur les textes fondateurs en sociologie de la réception, ceux de Jean-Paul Sartre, Roland Barthes, Pierre Bourdieu et Jacques Dubois.

• Culture de masse et littérature populaire
• Le cas des éditions Fayard
• Les romans roses
• Portraits de Bécassine en sportive
• Le premier roman « guide »
• Conclusion
• Bibliographie

in Staps
De Boeck Université

I.S.B.N.9782804104702
118 pages

p. 41 à 56

URL de référence:
http://www.cairn.info/revue-staps-2009-2-p-41.htm

_________________
Site: http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Blog consacré aux fictions mettant en scène des peuples précolombiens: http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/
Forum: Le forum http://forums.bdfi.net/ est toujours d'un intérêt supérieur pour tous les amateurs de SF!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Maciste
Zigomar
avatar

Nombre de messages : 4732
Age : 48
Localisation : La Dombes et Le Coutançais
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   Ven 6 Nov - 17:03

Citation :
(Centre des Sciences de la Littérature Française)
Cette surenchère dans les dénominations est presque digne d'un Maurice Leblanc ! Ils ne vont quand même pas nous faire des équations, ces littéraires? Le grand défaut de la plupart des études universitaires, c'est qu'à force de vouloir être scientifiques, elles en oublient de faire ressentir le plaisir qu'on peut prendre à lire les romans qui sont disséqués savamment Tout cela manque de passion et d'enthousiasme, on croirait assister à une autopsie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.le-rayon-populaire.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Etude] Etudes universitaires   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Etude] Etudes universitaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Etude] Etudes universitaires
» Conan Doyle - Sherlock Holmes-Une étude en rouge
» QUE SE PASSE-T-IL REELLEMENT A L'UDPS ?
» Etude de photographie, devenir pro: CESS, Bachelier, Master ?
» Etude comparative des Resorts Disney

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A propos de Littérature Populaire :: Réflexions sur la Littérature populaire :: Publications sur la littérature populaire-
Sauter vers: