Ce forum est dédié à ce qu'on nomme littérature populaire, littérature marginale, autre littérature, paralittérature
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Héros anonymes (éd. du Simplon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maciste
Zigomar
avatar

Nombre de messages : 4732
Age : 48
Localisation : La Dombes et Le Coutançais
Date d'inscription : 10/10/2007

MessageSujet: Héros anonymes (éd. du Simplon)   Ven 23 Oct - 19:44

Encore une collection derrière laquelle se trouve Edmond Nouveau, ici éditée par les éditions du Simplon :
une collection d'espionnage, 192 pages pour 225 frs de l'époque.
N°1 : Mission en enfer, par Michel Lecler
2- Le messager de Shanghaï, par Michel Lecler (2e trimestre 1954; couverture d'Aslan)

3- L'ombre du 2e Bureau, par Claude Orval

P.S. Une autre collection éphémère, éditée par les éditions du Simplon, est documentée sur BDFI : Frayeurs ("Angoissant, hallucinant" !!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.le-rayon-populaire.com
Jean François Le Deist
Zigomar
avatar

Nombre de messages : 3942
Age : 59
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Héros anonymes (éd. du Simplon)   Ven 23 Oct - 20:53

"Héros Anonymes", ce sont les 10 premiers numéros de la collection "Espionnage"
voir :
http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/toute-la-litterature-d-espionnage-moderne-apres-1950-f6/collection-espionnage-arabesque-t148.htm

Simplon et Arabesque c'est pareil.

Quant à "Frayeurs" je vois que l'as trouvé dans le secteur "Aventures"

_________________
"Par suite des pluies, les Bries, les Coulommiers et les Livarots ont éprouvé une forte baisse"
( Halles Centrales de Paris, janvier 1885 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://popularliteraturestudies.blogspot.fr/
pcabriotpi83
Lupin (Arsène)
avatar

Nombre de messages : 717
Age : 72
Localisation : Derrière Versailles
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: Re: Héros anonymes (éd. du Simplon)   Sam 24 Oct - 13:05

J’ai eu l’occasion l’hiver dernier de présenter dans le topic [Collection] Parme la création de la “petite maison d’édition” en 1954 par Edmond Nouveau, associé à Pierre Delalu. Il s’agit des éditions du Simplon, en référence à l’adresse du petit atelier d’éditions sis au 1 de la rue du Simplon dans le 18ème arrondissement de Paris (près du logement d’Edmond Nouveau)
J’indiquais dans le message que les deux associés démarrèrent plusieurs collections. Ce furent :

La collection “Frayeurs” – dans le domaine du roman d’épouvante
La collection “Héros anonymes” dans le domaine de l’espionnage. Pour ce faire, Edmond Nouveau “débauchera” Michel Cade – alias Michel Lebrun (et Michel Lecler pour cette collection) – de chez son employeur précédent Roger Dermée (pour qui le même Michel Cade écrira sous le pseudo de Michel Lenoir….)
Une collection érotique “légère” qui, bien qu’imprimée au départ par “Le Simplon”, aura la marque d’édition “La Rafale”
La collection “Eclectique” – à dominante “Noir”, dont le premier titre “La Secte tragique des Témoins du Christ” pourrait bien être estampillé “Simplon” (mais je n’en suis pas sûr).

A cette époque chaque éditeur mettait à cœur de donner un nom à ces collections différent de ceux déjà existants pour un genre donné. Concernant les collections d’espionnage, Pierre Turpin nous en donne toute une liste dans le numéro 1 d’encrage de janvier 1985.
Edmond Nouveau choisit donc l’intitulé “Héros anonymes”, intitulé qui apparut sous forme de logo sur la première de couverture pour les trois premiers numéros (les trois numéros estampillés Simplon), et bien entendu en 4ème de couverture où était faite la promotion du titre. Dès le quatrième numéro, le mot “Espionnage” apparut sur la première de couverture, en remplacement du logo précédemment reproduit ; mais la quatrième de couverture continua de reprendre l’appellation “Héros anonymes”, et ce jusqu’au numéro 15 inclus ( sauf erreur) “Ecole des Espions” de Paul Daunay [Paul Daubannay]. Je vérifierai ce point lors de ma prochaine descente à la Bilipo qui dispose de ces titres-là, et je mettrais en ligne les couvrantes de ces 15 premiers numéros…

TontonPierre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdetontonpierre.blogspot.com/
pcabriotpi83
Lupin (Arsène)
avatar

Nombre de messages : 717
Age : 72
Localisation : Derrière Versailles
Date d'inscription : 03/04/2008

MessageSujet: Re: Héros anonymes (éd. du Simplon)   Jeu 12 Nov - 21:14

Pour démarrer sa collection d’espionnage début 1954, Edmond Nouveau recherche des manuscrits…et des auteurs… si possibles inédits !
Il travaille encore à ce moment-là chez Roger Dermée, directeur des Editions Le Condor, Le Fétiche, Le Trotteur,… où il tient le poste de Directeur de Fabrication. Il se souvient d’un jeune auteur en quête d’éditeur qui est venu récemment se présenter à son patron, dans les locaux du mythique “5 rue des Moulins”, une petite rue du coté de l’Opéra dans le 1er arrondissement de Paris. Le jeune type en question, Michel Cade, a fait parvenir au Condor un colis de 6 ou 7 manuscrits de “ polars” ; et ses manuscrits, signés “Michel Lenoir”, ont été acceptés. Nouveau tient une piste…Quelques jours après, il appelle discrètement Michel Cade à son domicile.
Laissons la parole à ce dernier – le futur Michel Lebrun (1) :
« …un monsieur qui refuse de me dire son nom et qui me parle très mystérieusement : « Je ne peux pas vous dire qui je suis, mais je souhaiterais vous rencontrer au sujet de livres et d’éditions. » Très intrigué par ce préambule, j’accepte et me rends au rendez-vous où je vois un petit monsieur qui me demande : « Vous ne me connaissez pas ? » Je lui réponds que non. Il me dit : « J’étais pourtant dans le bureau des Editions du Condor quand vous avez discuté avec Roger D.[ermée], dont je suis le secrétaire. » Naturellement, je n’avais pas fait attention à lui, je ne voyais que le grand patron… Le secrétaire continue et m’annonce qu’il monte sa propre maison d’éditions pour concurrencer l’autre, et qu’il a lui aussi besoin de bouquins. Il me propose dix mille francs de plus par manuscrit : « Je vous donne soixante-dix mille mais le dites pas à l’autre. »
Je me dis très bien. De toute façon, je continuais sur ma lancée et je lui écris un espionnage, la suite des aventures de Gallan que je baptise pour la circonstance Galloy pour éviter toute histoire avec “mes” deux éditeurs. (2)[…]
Il s’appelait […] Edmond Nouveau. C’est le fondateur des Editions de l’Arabesque. Et c’est lui, qui était hyperdynamique, qui a sorti mon premier bouquin (Mission en Enfer) avant que les autres ne sortent au Condor. Pour lui, je signais Michel Lecler. Je gardais le pseudonyme de Michel Lenoir pour les Editions du Condor. J’ai publié chez eux une dizaine de livres, ce qui n’est pas énorme vu que j’en ai commis plus de quatre-vingt en tout. »


(1) - tiré de l’interview de François Guérif et de Jean-Pierre Deloux reproduit dans la revue Polar n°19 de mai 1981. Edmond Nouveau s’est montré plus évasif sur cette anecdote lors de l’entretien qu’il avait bien voulu m’accorder le 4 juillet 2008. Il a par contre réfuté l’idée d’avoir voulu concurrencer Dermée, se défendant d’être parti avec l’associé de Dermée, “Pierrot” Delalu, devant le risque croissant d’être “mis dans le bain” par les “conn…. ” répétées de Dermée… Nuance !!!
(2) – c’est en fait l’inverse : Galloy est le héros chez Dermée – signé Michel Lenoir – et Gallan le héros chez Nouveau – signé Michel Lecler.

Michel Cade fournira ainsi à Nouveau 5 titres sur les 9 premiers volumes de la série, série que Nouveau intitulera au départ “Héros anonymes” – avant de lui donner l’appellation plus traditionnelle d’ “Espionnage”.


Michel Cade – le futur Michel Lebrun – dans les années de ses premiers romans

Parmi les autres auteurs de ce début de série, un futur pilier – Jean-Michel Sorel – ami de Nouveau, signera sous le pseudonyme de Paul S[aint] Nouvel et pour un titre, sous le pseudo de Simon Tang (“Le Curieux Mr. Wu”).
Les couvertures des différentes collections lancées par Nouveau sont à ce moment-là confiées au jeune Alain Aslan Gourdon, le “petit frère” de Michel Gourdon illustrateur au Fleuve Noir. L’histoire ne dit pas comment Aslan fut “aiguillé” vers Nouveau, mais sachant que Nouveau connaissait bien De Caro, patron du Fleuve Noir et ex-comptable de Dermée, il est facile d’imaginer que Nouveau, cherchant à faire aussi bien que De Caro pour les couvertures de ses romans, accepta bien volontiers les services d’Aslan…. pour notre plus grand bonheur !

Le passage de l’appellation “Héros anonymes” en simple collection “Espionnage” se fit en douceur sur quelques numéros.
 Jusqu’au numéro 10 (“Le Curieux Mr. Wu”) l’appellation “Héros anonymes” apparaît aussi bien sur la page intérieure de titre que sur la quatrième de couverture, le logo “Arabesque” au dos et sur la couverture est rouge, et le dos des ouvrages (la tranche comme disent certains) est de couleur.
 Le numéro 11 (“Alerte en Iran” – déjà !!) fait apparaître l’appellation “Espionnage” en page de titre, la quatrième de couverture ne comportant qu’une ornementation spiralée (certainement due à Nouveau lui-même) et le prix (225 Frs)
 Le numéro 12 (“Achtung !”) fait apparaître l’appellation “Espionnage” en page de titre, et “Héros anonymes” en 4ème de couverture., mais déjà la couleur pour le dos des ouvrages et pour le logo de l’Arabesque est définitivement fixée : ce sera le noir…

La collection, désormais intitulée “Espionnage”, va perdurer pendant un peu plus de quinze ans, avant de s’éteindre pour difficultés financières, au numéro 620, Dermée lui-même n’en revenant pas du succès affiché par son ancien directeur de fabrication.


Ci-dessus les 3 premiers numéros de la collection “Héros anonymes”, qui virent arriver deux futures célébrités : Michel Cade comme auteur – le futur Michel Lebrun – et Alain Aslan Gourdon – le futur Aslan, comme illustrateur des couvertures. Notez qu’Aslan signera le premier titre de son nom de famille Gourdon – signature patronymique qu’il abandonnera aussitôt pour ne pas prêter à confusion avec son frère aîné Michel.
Ces trois titres seront les seuls de la collection publiés par “le Simplon”.



Ci-dessus les 3 numéros suivants – les 3 premiers de la collection publiés par la nouvelle appellation de “l’Arabesque”. André Welté sera un fidèle de l’écurie Nouveau, et Maurice Limat, qui écrivait un peu partout à l’époque, servira par ce titre à assurer la promotion de la collection.


Ci-dessus les 3 numéros suivants. Avec le huitième titre apparaît dans la collection un des futurs piliers de l’écurie Nouveau : Jean-Michel Sorel – alias Paul Saint Nouvel. Sorel fut un grand ami de la famille Nouveau. Sorel était un des traducteurs “attitrés” chez Dermée pour adapter les titres de Bevis Winter dans la collection “Le Roman de Choc”. Pas étonnant donc de le voir “rappliquer” dans l’écurie Nouveau après le départ de ce dernier de l’équipe Dermée. Sorel est décédé au milieu des années 90. C’est lui qui traduisit le premier titre de la collection “Frayeurs” du “Simplon / Arabesque” : "Le Docteur maudit" – traduction d’un des chefs-d’œuvre d’Abraham Merritt "Seven Footprints To Satan", paru dans la revue Argosy du 2 juillet au 5 août 1927. C’est très probablement lui qui écrira aussi le 10ème titre le la collection "Le Curieux Mr. Wu".
Avec le numéro 9 se termine la collaboration de Michel Cade aux Editions de l’Arabesque. Il aura fourni à Nouveau 5 titres d’espionnage et un titre “érotique” dans la collection “Légère” – "La Reine du Strip-Tease”" sous la signature de Olivier King – titre qui sera épinglé par la Commission de “censure”.



Avec le numéro 10 se termine “officiellement” la collection “Héros anonymes”, si l’on s’appuie pour dire cela sur les informations fournies sur la page intérieure de titre, qui titrera à partir du numéro 11 “Espionnage”. La quatrième de couverture du numéro 11 restera étrangement muette en comparaison des autres numéros passés ou à venir.
Même si la quatrième de couverture du numéro 12 reprend l’appellation “Héros anonymes”, la page de titre reprend bien la nouvelle appellation d’“Espionnage” qui vient d’apparaître au précédent numéro.
Le numéro 12 “Achtung !” positionne Nouvel comme traducteur du précédent titre "Le Curieux Mr. Wu", mais un peu plus tard dans le numéro 17 de la collection “Légère”, Sorel se verra attribuer la totale paternité de ce dernier titre.


Récap de la “Série” Héros Anonymes


N°1 – Mission en enfer – 1954-t2 – Michel Lecler [Michel Cade alias Michel Lebrun] – Ed. du Simplon.
N°2 – Le messager de Shanghaï – 1954-t3 – Michel Lecler [Michel Cade alias Michel Lebrun] – Ed. du Simplon.
N°3 – L’ombre du 2e Bureau – 1954-t3 – Claude Orval – Ed. du Simplon
N°4 – Virus B 29 – 1954-11 – Michel Lecler [Michel Cade alias Michel Lebrun] – Ed. de l’Arabesque.
N°5 – L’étrange X 13 – 1954-11 – René Welté – Ed. de l’Arabesque.
N°6 – Opération ténèbres – 1954-12 – Maurice Limat – Ed. de l’Arabesque
N°7 – Equipe de choc – 1955-01 – Michel Lecler [Michel Cade alias Michel Lebrun] – Ed. de l’Arabesque.
N°8 – Aïn Beïda ne répond plus – 1955-02 – Paul S. Nouvel [Jean-Michel Sorel] – Ed. de l’Arabesque.
N°9 – Gallan l’implacable – 1955-t2 – Michel Lecler [Michel Cade alias Michel Lebrun] – Ed. de l’Arabesque.
N°10 – Le curieux Mr. Wu – 1955-05 ? – Simon Tâng – traduit du vietnamien par Paul S. Nouvel et Minh S. Selvom [Jean-Michel Sorel] –Ed. de l’Arabesque.

TontonPierre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdetontonpierre.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Héros anonymes (éd. du Simplon)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Héros anonymes (éd. du Simplon)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Héros anonymes (éd. du Simplon)
» col du Simplon
» LES ANONYMES de R.J. Ellory
» Venice Simplon-Orient-Express [train luxueux]
» association des racistes anonymes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A propos de Littérature Populaire :: Romans policiers et d'espionnage :: Toute la littérature d'espionnage moderne (après 1950)-
Sauter vers: