Ce forum est dédié à ce qu'on nomme littérature populaire, littérature marginale, autre littérature, paralittérature
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  Connexion  

Partagez | 
 

 Bertnay, Paul

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Férôcias
Rocambole
avatar

Nombre de messages : 963
Age : 44
Localisation : http://www.bdfi.net
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Bertnay, Paul   Dim 18 Juin - 0:06

Auteur de romans populaires souvent larmoyants et marqués par l'esprit de revanche... (contre l'Allemagne après la guerre de 1870).
A notamment été publié dans la collection Le Livre Populaire et repris dans Le Journal Illustré des Romans Populaires
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://collectiondaventures.monsite.wanadoo.fr
Chéri-Bibi
Atomos (Madame)


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 14/10/2006

MessageSujet: Re: Bertnay, Paul   Sam 14 Oct - 7:58

Un des grands du roman revanchard ! Obsédé par l'espionnage.
Et toujours délicieusement lacrymal...

Plusieurs œuvres notables : Orphelins d'Alsace suivi de Les Millions de l'Oncle Fritz, L'Espionne du Bourget, Le Passeur de la Moselle et le Secret de Thérèse. Tous ces romans débutent en 1870 et s'achèvent quelques vingt années plus tard. Cas de figure éprouvé dans le roman populaire dont l'intérêt provient ici de ce qu'il autorise l'auteur à une réflexion sur la guerre a posteriori. Les personnages ont vieilli et, avec eux, les haines et les rancœurs. La plaie cicatriserait presque... Paul Bertnay annonce le pacifisme. Dans L'Espionne du Bourget, affaibli, malade, presque impotent, le méchant Hans n'est plus que l'ombre de lui-même (un bon Allemand est un Allemand malade...) :

"L'Allemand carré d'épaules, lourd d'allure, lourd de gaieté, lourd de galanterie, l'officier... le hobereau persuadé de sa supériorité et de son importance, ce Hans-là n'existait plus à cette heure (...). Sa voix gutturale, en devenant plus faible, avait perdu son timbre désagréable."

Dans le Passeur de la Moselle, Paul Bertnay est un peu plus subtil. Outre qu'il y présente un Allemand respectable, il adopte parfois son point de vue pour décrire la guerre de 1870. Plutôt chevaleresque et forçant la sympathie par sa tolérance, le baron von Horner a épousé une Française... qui, non seulement ne le quitte pas avec horreur mais continue de l'aimer. Paul Bertnay ne cache pas son estime pour l'Allemand. Se référant à sa vision des événements, il a un peu tendance à écrire la guerre à l'envers. Ainsi, pour les von Horner, l'arrivée des uhlans n'est ni dramatique, ni effroyable. "Pour eux, ces cavaliers n'étaient pas les éclaireurs de l'invasion, mais l'avant-garde des protecteurs et des compatriotes."
Ce n'est pas cela qui les rendra sympathiques au lecteur. En revanche, la conversation qui porte sur le sort des armes est étonnamment "subversive". Le devoir du soldat allemand y est examiné avec une objectivité désarmante et tout à fait inédite dans le roman populaire. L'absurdité de la guerre y éclate souverainement. En effet, une mère envoie son fils au front où il risque de tuer le fiancé de sa fille...

" La guerre !... comme toi, comme moi, il la trouve exécrable.
- Mais cela ne l'empêche pas d'assiéger Paris. Mais si mon Gérard est encore vivant, cela ne l'empêcherait pas de me le tuer...
- Il ferait son devoir de soldat.
- Son devoir !... tu appelles un devoir cette abomination : envahir un pays... le mettre à feu et à sang...
- Son devoir, oui... Et ce n'est pas en ce moment qu'il irait le discuter. Est-ce pendant la bataille qu'il déserterait son poste ?... Gérard aurait-il songé à déserter le sien, si la chance des armes l'avait conduit de l'autre côté du Rhin ? Quelle opinion, alors, aurais-tu eu de lui ?
Et Micheline la prenant follement dans ses bras :
- Tu as raison... effroyablement raison...
... Ah ! ma pauvre sœur... ma pauvre chérie...
... Que nous sommes malheureuses !"

(Le Passeur de la Moselle, Paris, Fayard, 1912, p. 63)


---


J'avoue avoir adoré Oprphelins d'Alsace. Bertnay a un réel talent pour les histoires de familles déchirées - de préférence alsaciennes mais pas seulement : dans Le Secret de l’amour, nul casque à pointe n'apparaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: Bertnay, Paul   Mer 18 Oct - 9:10

Quelques éléments bibliographiques sur l'oeuvre de Paul Bertnay:
Arrow http://litteraturepopulaire.winnerbb.net/viewtopic.forum?t=169
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Bertnay, Paul   Ven 27 Oct - 23:09

Je suis à la recherche de la date de décès du sieur Paul Bertnay. Il est né en 1853 à Grenoble. Sa dernière oeuvre publiée en EO (Le Fer rouge, Le Livre populaire n°322) date de 1935 mais a pu être publiée ailleurs avant cette édition (anthume ou posthume?).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Léon Rude
Admin
avatar

Nombre de messages : 2658
Date d'inscription : 02/06/2006

MessageSujet: Re: Bertnay, Paul   Ven 27 Oct - 23:26

Paul Bertnay est né en 1853 à Grenoble (qui ne possède pas de rue à son nom semble-t-il). Il a collaboré à plusieurs organes de presse lyonnais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.bdfi.net
Jean François Le Deist
Zigomar
avatar

Nombre de messages : 3908
Age : 59
Localisation : Morbihan
Date d'inscription : 06/06/2006

MessageSujet: Re: Bertnay, Paul   Lun 30 Oct - 11:33

François Xavier Louis Paul Breynat, né le 5 janvier 1846 à Grenoble.

Et non pas 1853. Serait décédé en 1928.

Pseudonymes : Paul Bertnay, Pierre Borel.

Pour "Pierre Borel", l'info provient de l'encyclopédie internationale des pseudonymes de Michael Peschke, lequel reprend Coston. Etrange : beaucoup de sentimentaux signés Pierre Borel sont postérieurs à 1928. Il est vrai que Opale liste de nombreux Pierre Borel différents...

Dans "Répertoire alphabétique de 16.700 auteurs (70.000 romans et pièces de théâtre cotés au point de vue moral)" par Sagehomme :
- Paul Bertnay : pseudonyme de Paul Breynat, 1846-1928.

Dans "Romans à lire et à proscrire", 11ème ed., éditions de la Revue des Lectures 1932, par Abbé Louis Bethleem :
-Paul Bertnay (1846-1928) : feuilletoniste autrefois goûté par les lecteurs du Petit Parisien et du Petit Journal.

study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://popularliteraturestudies.blogspot.fr/
pfinge
Zigomar
avatar

Nombre de messages : 4489
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Bertnay, Paul   Lun 23 Nov - 1:36

La base Leonore nous donne :
François Xavier Louis Paul Breynat dit Bertnay décédé le 27 mai 1928 à Nice ( né le 6 janvier 1846 à Grenoble )

N.B. : il y a même une publicité avec une liste de romans
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bertnay, Paul   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bertnay, Paul
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bertnay, Paul
» Bertnay, Paul
» La Jeune Parque, Paul Valéry
» Les 3 mousquetaires de Paul Anderson
» [oeuvre] Le Bossu de Paul Féval

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A propos de Littérature Populaire :: Biographies & bibliographies :: Biographies-
Sauter vers: